Connect with us

France

Rewind Sheffield 2019 : Des regrets pour les Bleues, l’or pour les Kiwis

Read in English

Il y a des moments qui semblent infinis et d’autres qui passent plus vite qu’un simple clignement d’œil. Cette action, elle, semble figée dans le temps, comme si elle était venue d’une autre dimension, une sorte d’ascenseur émotionnel qui arrive rarement dans le monde du sport. Cet instant a lieu lors de la finale de la Coupe du monde espoir de 2019 à Sheffield en Angleterre. L’équipe de France féminine U24 affronte la Nouvelle-Zélande et a la possibilité d’ouvrir le score grâce à un tir de pénalité. La sirène retentit, Laura Thomazo s’empare du palet, tir de toutes ses forces et… Rien ne se passe comme prévu, le palet heurte la vice-capitaine NZ, Anastasia Burn, en pleine tête et la joueuse de l’équipe de France écope d’une prison de 5 minutes. Rarement, une action de jeu aussi courte avait paru aussi longue. Car même si ce type d’action peut paraître anecdotique, dans un match de hockey, elle aura une influence sur tout le reste de la rencontre pour les deux équipes…

La Fédération de la Lose en profite pour pointer le bout de son nez et les supporters de l’équipe de France sont sonnés. Il faudra jouer les 5 prochaines minutes avec une joueuse en moins pour les bleues… C’est à ce moment-là que les Neo-Zed en profitent pour mettre la pression dans le camp des Françaises, mais à la surprise générale, l’équipe de France résiste, elle fait preuve d’une solidarité remarquable.

Les Kiwis ont beau déplacer le jeu de droite à gauche pour créer un décalage, les coéquipières de Marie Giacomello parviennent toujours à pousser le palet dans les murs. À 2 minutes 50 secondes de la mi-temps, Sophie Arnaud-Chatelain sauve extraordinairement les siennes grâce à une intervention à un mètre de son but. La fin de première période ne change pas avec le retour de Laura Thomazo et le signal de la fin de la première période retentit.

Miroir, miroir, dis-moi qui va gagner ?!

Bilan de cette première période, une présence au fond plus importante de la part des Françaises, mais le fait d’avoir joué 5 minutes avec une joueuse en moins sera susceptible de faire mal. Du côté des NZ, il faudra éviter les murs et continuer à faire bouger la défense adverse pour trouver une brèche et aller au but. À ce stade du match, impossible de savoir qui ramènera le trophée à la maison.

 

La deuxième période commence avec une pression extraordinaire de la part de la Nouvelle-Zélande, les Françaises sont solidaires mais ont vraiment du mal à contenir les coéquipières d’Eloise Sharpe qui sont toutes proches de marquer. C’est Perrine Meunier qui sauve les Bleues à deux mètres de ses buts, mais elle se retrouve seule dans sa zone de danger…

Les Kiwis en profitent pour remettre une pression sur le but et marquent ! C’est Petra Clarkson qui ouvre le score pour la Nouvelle-Zélande, alors qu’il reste encore 10 minutes dans la rencontre. La réaction française ne se fait pas attendre et pendant près de 4 minutes, la France pousse et prouve que d’un point de vue collectif, elle est la meilleure nation de cette Coupe du monde U24 féminine.

Alors qu’il reste 7 minutes et 15 secondes  dans la rencontre, les Bleues obtiennent un bon coup franc dans le camp NZ et le négocient à la perfection pour revenir à 1-1 dans la rencontre. C’est Clémence Meunier qui inscrit le but et tout redevient possible. L’ambiance devient de plus en plus électrique et ce n’est pas une mauvaise blague, sachant que l’on joue dans l’eau.

             A la fin c’est toujours la Nouvelle-Zélande qui gagne…

A la suite de cette égalisation, les joueuses de Max Habesztrau, l’entraîneur français, résistent et réussissent à empêcher un but alors que le palet n’est qu’à un mètre du but C’est le deuxième tournant du match, car on sent que les Françaises ont tout donné dans la bataille et une minute après cette action, Kirsty Burnows redonne l’avantage aux siennes. Après une action qui aura fait déplacer le palet dans toute la largeur du terrain, la Nouvelle-Zélande mène 2 – 1. Il ne reste plus qu’une minute, mais les Françaises ne relèveront pas. La Nouvelle-Zélande en profite, même, pour aggraver le score à 6 secondes la fin. Score final, 3 – 1 pour les Kiwis !

Le match des émotions fortes aura laissé sur le carreau l’équipe de France, qui prend néanmoins une belle médaille d’argent. Cette génération a quelque chose de spéciale et on n’a pas fini d’en entendre parler ! Du côté des Kiwis, les joueuses ont encore prouvé que la Nouvelle-Zélande est le pays qui domine le hockey sub’ féminin.

 

 

Crédit photo @Sheffield 2019

Click to comment

Laisser un commentaire

Advertisement equipement

Newsletter UWH News – Inscrivez-vous !

Viens nous suivre sur Facebook !

More in France